Month: mai 2008
La maison jaune - mai 29, 2008 by valou

Jeudi 29 mai – 20h15

de Amor Hakkar

la maison jaune

Algérie – 2007 – 82 min

Aya, une jeune fille de douze ans, bêche un lopin de terre aride.
Une voiture de gendarmerie s’approche. L’un des gendarmes lui remet une lettre et l’informe que son frère aîné qui effectuait son service militaire dans la gendarmerie, est mort dans un accident.
Au guidon de son tricycle à moteur, sans attendre et bravant tous les interdits, Mouloud, le père, paysan modeste des Aurès, récupère le corps de son fils.
Fatima, la mère est plongée dans une immense tristesse.
Ce père, très affecté et aidé de sa fille Aya, parviendra-il à redonner le sourire à sa femme et aux siens ?

Suite à la séance, rencontre avec le réalisateur.

Soirée proposée par Kalima, Cinéma Parlant et Cinémas et Cultures d’Afrique.

Cinéma Les 400 Coups, 12 rue Claveau
49100 Angers

ARCHIVE

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

Trois fables africaines - mai 14, 2008 by valou

Mercredi 14 mai – 20h30

de Claude Gnakouri et Luis Marques

fables-africaines

Côte d’Ivoire – 2000 – 20′

Le cadeau de Babadi

Franck, un Européen d’Herboristes sans frontières, vit une belle histoire d’amour avec Babadi, une jeune et jolie Africaine. Mais Franck a une femme et deux jeunes enfants. Il tente d’expliquer à sa femme son envie de rester en Afrique.

Scoop

Un journaliste et son caméraman couvrent un bombardement dans une ville africaine. Abrités derrière leur voiture estampillée Presse, ils assistent à une fusillade.

Le sermon de la brousse

Un prêtre a pour mission d’apporter la parole de Dieu aux habitants d’un village isolé. Mais les habitants du village vont-ils boire les paroles de cet envoyé du Seigneur en toute naïveté ?

Le grand marché

de Licinio Avezedo

Mozambique, 2005, 56′

Paito qui s’est ait voler l’argent de sa mère ne veut plus retourner chez lui. Il décide d’élire domicile au marché où il rencontre Xano, un petit voleur. Un hommage à la débrouillardise plantée par des personnages hauts en couleurs.

Espace culturel de l’Université d’Angers
Campus st Serge, 4 allée François Mitterrand

ARCHIVE

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

La Charte du Mandé - mai 13, 2008 by valou

Mardi 13 mai 2008 – 20h15

Conférence par Youssouf Tata Cissé, historien et anthropologue. Suivie d’un échange avec le public

Youssouf Tata Cissé a beaucoup travaillé sur la « confrérie des chasseurs », que l’on retrouve dans toute l’Afrique de l’Ouest et plus particulièrement au Mali, et qui a traversé les siècles. Cette confrérie initiatique, qui existe encore aujourd’hui, a la particularité de gommer tout privilège de classe ou de rang. Les personnes qui y adhèrent doivent faire preuve d’humilité et prêtent serment en reconnaissant « la valeur absolue et la primauté de la fraternité universelle ».
Il a ainsi appris comment cette confrérie avait dès 1222 aboli l’esclavage, avec la grande Charte du Mandé, appelée Manden Kalikan ou le serment du Mandé, fait historique transmis de génération en génération, grâce à la tradition orale.
Cette déclaration fut solennellement proclamée dans la première capitale de l’empire du Mali, le jour de l’intronisation de Soundjata Keïta, le fondateur de l’empire du Mali.
Le grand serment des chasseurs s’insurge contre la vente et l’exploitation honteuses de l’homme par l’homme : «… la guerre ne détruira plus jamais de village pour y prélever des esclaves, c’est dire que nul ne placera désormais le mors dans la bouche de son semblable pour aller le vendre ; personne ne sera non plus battu au Mandé a fortiori mis à mort, parce qu’il est fils d’esclave (…) chacun dispose désormais de sa personne, chacun est libre de ses actes, dans le respect des « interdits », des lois de sa patrie…. »
Youssouf Tata Cissé expliquera donc les contenus de la charte. Il donnera en amont des éléments sur le contexte qui a vu naître cette première abolition de l’esclavage. Il expliquera aussi comment Soundjata et les chasseurs menèrent une lutte sans merci contre les esclavagistes.
Youssouf Tata Cissé, d’origine malienne, est professeur honoraire, historien et anthropologue.

Dans le cadre de la semaine de commémoration de l’abolition de l’esclavage et de la traite négrière.

Entrée Libre Institut Municipal, 9, rue du Musée

Category Les conférences | Commentaires fermés sur La Charte du Mandé