L'association

Les projections à l'année

Ciné-conte

Jeudi 1er mars, 14 h 30.

« Laissez-vous conter l’Afrique ! » dans le cadre du festival Boule de gomme

Ciné-conte proposé par Cinémas et Cultures d’Afrique – durée 1 h – à partir de 6 ans.

* Malika et la sorcière de Nabaloum Boureima, Burkina Faso / Animation / 15 min / 2014 / VF 

Lors d’un voyage avec ses tantes, la présence de Malika, 12 ans et très futée, s’avère très bénéfique. Grâce à sa ruse, elle va déjouer les pièges et les dangers qui les guettent sur le chemin…

* Peau de colle de Kaouther Ben Hania, Tunisie / 23 min / 2013 / VOSTFR 

Amira, cinq ans, n’aime pas l’école. Pour ne pas y aller, elle trouve une idée imparable, qui ira bien au-delà̀ de ses espérances. Une comédie enlevée, servie par de jolies images façon carte postale.

* Demba Diabaté est griot. Il entraînera les enfants à la découverte de contes du Mali.

Deux petits films de deux pays d’Afrique bien différents suivis des contes de Demba Diabaté(association Djelis) pour découvrir le parcours d’enfants peu ordinaires !

Goûter réalisé en atelier « cuisine en famille » à déguster après la projection !

Projection au Centre Jean Vilar, 1bis rue Bergson

Mercredi 24 janvier à 19 h 30 MPT Monplaisir

Projection du film Demain dès l’aube de Lotfi Achour,

Tunisie, 2016, 85’, VOSTF (tunisien)

Entre enquête et récit intime, ce premier long métrage de Lotfi Achour, homme de théâtre, traite de la « révolution » autrement.

Se déroulant en 2016 mais trouvant son origine durant la nuit du 14 janvier 2011 en Tunisie – qui vit la fuite de Ben Ali – il trace les destins croisés de trois personnages dans une Tunisie post-révolution.

A travers un récit subtil on apprend par bribe l’événement bouleversant qu’ils ont traversé ensemble, qui révèle les non-dits de cette nuit qui transforma le pays. Un film empreint de réalisme afin de regarder le passé en face pour mieux construire l’avenir.

« Demain dès l’aube » nous rappelle pourquoi l’insurrection, pourquoi le rêve, mais aussi pourquoi la désillusion pour certains, et pourquoi la « non justice transitionnelle » » Raouia Kheder du site Femmes de Tunisie.

 

Projection suivie d’échanges avec Ahmed El Bahri, franco-tunisien d’Angers.

 

Mercredi 13 décembre 19 h 30 au Centre Jean Vilar, Angers

The revolution won’t be televised de Rama Thiaw

Documentaire, 110′, 2016, Sénégal / France

Un an dans la vie tumultueuse de Thiat, Kilifeu et Gadiaga, membres du groupe Les Keur Gui.

Un an durant lequel on vit à leurs côtés la révolution pacifique, menée avec passion contre le président Wade à la tête du mouvement « y’en a marre », ainsi que l’incertaine reconquête de la scène musicale à travers l’élaboration de leur prochain album de hip-hop Encyclopédia.

Au bout de cette immersion : la vision d’une jeunesse urbaine africaine, les réflexions d’une nouvelle génération engagée.

La projection sera suivi d’un échange avec les membres de l’association Anjou Teranga Sénégal (ATS), partenaire de la soirée. 

ATS

Entrée libre.

ARCHIVE

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005