Depuis mars 2016, des projets d’expression artistique ont été réalisés par des jeunes de 16 à 30 ans pour qu’ils s’expriment sur le rapport à l’Afrique, leur rapport au « Bled ». En amont et pendant le festival, une valorisation de chaque projet est proposée dans différents lieux de la ville.

 

Cultures différentes, et alors ?

Aline Bonhomme et Makoura Bamba – Danse – Entrée libre

Deux lycéennes de 15 et 16 ans se confrontent à propos de leurs différences : l’une est métisse, française et est partie un mois, pour le 1re fois dans son pays d’origine, la Côte d’Ivoire. L’autre est noire, née en Côte d’Ivoire et habite en France depuis 3 ans avec sa famille. Tout semble les opposer ; alors, arriveront-elles à se comprendre ? A s’écouter ?

Mardi 9 mai à 20 h salle Claude-Chabrol

Mercredi 17 mai à 16 h 15 au Grand Théâtre

 

Xusus

Farhan Mohammed, Shaafici Mohamed et Mohamed Moussa – Livret – Entrée libre

Farhan, Shaafici et Mohamed sont Somaliens. Ils souhaitent faire partager un art important dans la culture de Somalie : la poésie. Farhan écrit des poèmes sur la femme, la tradition, la migration, l’amour… en somali. Les textes seront traduits en français et valorisés dans les deux langues.

Mardi 9 mai à 20 h salle Claude-Chabrol

Samedi 13 mai à 18 h 30 à l’Atelier de la Cité (5 Place Résident Kennedy)

 

Regards croisés

Mélodie Meslet-Tourneux – Exposition – Entrée libre

L’argile et la photo la fascinent. Curieuse de son histoire, Mélodie voyage et découvre celles et ceux qui la façonnent. Ces dernières années, elle est allée à la rencontre des potières de Dioulasso Ba (Burkina Faso) puis des potiers de Fès (Maroc). Le temps d’une exposition, elle présente une installation où l’argile tout comme la face sensible de la pellicule révèlent ses souvenirs et ses expériences.

Mardi 9 mai à 20 h salle Claude-Chabrol

Du vendredi 12 au dimanche 21 à la Tour Saint Aubin (vernissage 12 mai à 18 h 30)

 

Tu penses à quoi Arame ?

Arame Cissé – Livret – Entrée libre

« Non, rien » était devenu sa réponse par réflexe. Trop de pensées se bousculaient dans son esprit à cette question. Mais à 22 ans, Arame, franco-sénégalaise, décide de partir à la quête d’elle-même, de ne plus se laisser tenter par la facilité. Son recueil est un bout de son voyage vers la compréhension de son expérience occidentale et un bouquet de questions sans réponses.

Mardi 9 mai à 20 h salle Claude-Chabrol

Vendredi 12 mai à 18 h 30 à l’Atelier de la Cité (5 place du Président Kennedy)

Samedi 20 mai à 16 h 15 au Grand Théâtre (avant la séance)

 

Changement d’horizon

Wassim Chouakria et Johan Neveu – Court métrage – Entrée libre

Dans Changement d’Horizon, Wassim et Johan dressent le portrait d’étudiants algériens partis faire leurs études en France ; une étude sur la fuite des cerveaux que l’État algérien cherche à ralentir. Ils partent donc à la découverte d’étudiants aux parcours parfois aboutis, parfois inachevés, mais ayant tous pour point commun une étape importante, un passage en France source d’ouverture sur d’autres horizons.

Extraits et échanges mardi 9 mai à 20 h salle Claude-Chabrol

Projection et échanges mercredi 17 et dimanche 21 mai à 11 h au Grand Théâtre

 

L’histoire d’un Korafola et de sa Kora

Sékou Koné – Court métrage – Entrée libre

La Kora est un instrument traditionnel africain dont nous ne pouvons ignorer l’histoire, ni les émotions qu’il procure. Pour Sékou, les mots ne peuvent pas décrire cette magie et toutes les traditions qui l’entourent, c’est pourquoi il est parti à la rencontre de Bakary Diabate, un célèbre korafola malien.

Extraits et échanges mardi 9 mai à 20 h salle Claude Chabrol

Projection et échanges mercredi 17 et dimanche 21 mai à 11 h au Grand Théâtre

 

 

 

Le rôle de Cinémas et Cultures d’Afrique

 

L’accompagnement

Cinémas et Cultures d’Afrique propose un accompagnement spécifique auprès de chaque jeune ou groupe porteur de projet. L’association assure un suivi régulier, tout en veillant à ne pas faire « à la place de ». Par ailleurs, elle peut mettre les jeunes en relation avec des personnes ressources et des acteurs locaux (anciens porteurs de projets, membres de l’association, anthropologues, historiens, artistes de France et d’Afrique, associations, maisons de quartiers, structures partenaires…).

L’appui financier

Pour la réalisation du projet, Cinémas et Cultures d’Afrique attribue une bourse aux porteurs de projet qui donnera, entre autres, la possibilité aux jeunes d’aller au « Bled » si leur projet le requiert.

L’aide méthodologique au montage de projet et à la recherche de financements

Cinémas et Cultures d’Afrique informe également les jeunes des différents dispositifs existants pour le montage de projets ou l’attribution de diverses bourses. De plus, l’association accompagne les porteurs de projets dans leurs démarches.

La valorisation des projets

Tous les projets sont présentés et valorisés pendant le festival Cinémas d’Afrique.

Tout au long du festival, des rendez-vous avec le public sont organisés afin que les jeunes rendent compte de leur démarche et fassent partager l’expérience qu’ils ont vécue. Un exercice personnel ou collectif particulièrement valorisant et enrichissant…

Une autre occasion de s’enrichir et de découvrir les cultures d’Afrique, mais aussi de donner la parole au jeunes, de créer du lien social et du partage tout en révélant de nouveaux talents !

 

Pour l’édition 2013, l’association Cinémas et Cultures d’Afrique avait retenu 6 projets portés par 7 jeunes valorisés dès avril 2013

Pour l’édition 2015, 5 projets ont été réalisés par 7 jeunes.

Retrouver les projets « Bled » des éditions passées ! :