Le festival

Les longs métrages

Archives

Cliquez sur une année pour voir les films en compétition lors cette édition. Puis cliquez sur le titre d'un film pour voir sa fiche. Cliquez de nouveau sur le titre pour refermer la fiche.


2001
Adangamman

de Roger Gnoan M’Bala (Côte d’Ivoire)

2000, 90 min.

Les amazones, au service de ce roi tyrannique, fournisseur des négriers européens, font régner la terreur. Ossei va tout faire pour libérer sa mère victime d’une razzia.

 
Carton Jaune

de John Riber (Zimbabwe)

2000, VO, 90 min.

Une vraie carrière de footballeur se dessine pour ce jeune lycéen et ses succès amoureux lui tournent la tête. Mais tout bascule brusquement. 

Comédie dramatique très rythmée.

 
Daresalam

Issa Serge Coelo (Tchad)

2000, 105 min.

Depuis des décennies les guerres fratricides ont déchiré le Tchad. 

Dans cette tourmente, des hommes simples emportés dans le chaos de l’histoire tentent de garder leur humanité.

 
Les portes fermées

de Atef Hetata (Egypte)

1999 , 107 min.

Dans un univers féminin fait de douceur et de sensualité, Mohamed sent en lui la montée des désirs. Mais il subit les pressions et les menaces des religieux fanatiques qui voient dans la femme le mal absolu.

 
Room to rent

de Khaled El Hagar (Egypte)

2000, 93 min

En quête d’un mariage blanc pour obtenir le visa, Ali scénarise les histoires d’amour de son entourage… 
Une comédie égyptienne, pleine d’humour, qui flirte avec le cinéma américain de l’ère Marilyn.

 
Les siestes grenadines

de Mahmoud Ben Mahmoud (Tunisie)

1999, 90 min.

Après avoir grandi à Dakar, Soufiya débarque à Tunis avec son père. Mais l’affairisme ambiant rompt avec les traditions d’ouverture de la Tunisie. Comment Soufiya va-t-elle trouver sa place ?

 
Tresses

de Jillali Ferhati (Maroc)

2000, 93 min.

Autour d’une jeune femme qui cache la violence subie,les uns pensent à la vengeance, les autres à la campagne électorale, d’autres encore continuent de rêver… 
Le film porte malgré tout un regard poétique sur le monde.

 
Vendredi Noir

de Djingarey Maïga (Niger)

2000, 82 min.

La famille de Koutoucouli se débat dans les difficultés. Le drame personnel qui survient brusquement est à l’image des drames du pays. Un cri d’indignation contre l’oppression et les magouilles.

 
2003
Algérie, la vie toujours

de Djamila Sahraoui avec les habitants de la cité des Martyrs de Tazmalt (Algérie)

2001, VF/VOSTF, 52 min.

La Kabylie vit sous une tension permanente. 
À Tazmalt, la vie n’est pas facile mais les habitants s’organisent en association et les jeunes aménagent le quartier. 
Un film empreint d’humour et de dignité.

 
Frontières

Mostafa Djadjam (Algérie)

2000, 105 min.

Tiraillés par les famines et les soubresauts politiques, rêvant de l’Occident, des africains montent à la rencontre de leur idéal : l’Europe.

 
Heremakono, en attendant le bonheur

de Abderrahmane Sissako (Mauritanie)

2002, VOSTF, 95 min.

Abdallah arrive à Nouohidou, Mauritanie. Il ne comprend pas la langue et tente de déchiffrer cet univers aux rythmes lents et aux longs silences. 


Comme lui, le spectateur doit laisser parler les images.

 
Kabala

de Assane Kouyaté (Mali)

2002, VOSTF, 112 min.

Hamalla doit quitter son village et celle qu’il aime, car les rituels initiatiques ont révélé la vérité sur sa naissance. Quand le choléra frappe le village, il rentre avec la volonté d’assainir le puits. Il lui faut alors s’opposer au maître de la magie.

 
Khorma, la bêtise

de Jilani Saâdi (Tunisie)

2002, VOSTF, 80 min.

Le surnom de « la bêtise » convient bien à ce grand dadais de Khorma, niais, drôle, et attachant. 
Pourtant, lorsqu’on lui confie un poste de responsabilité,la comédie tourne au vinaigre.

 
Madame Brouette

de Moussa Sène Absa (Sénégal)

2002, VF, 104 min.

Niayes Thiolneert, la colline aux perdrix, est un 
quartier grouillant de vie : la pauvreté, un policier magouilleur et dragueur, et Mme Brouette, tout un univers ! 
Comédie tonique et colorée.

 
Le prix du pardon

de Mansour Sora Wade (Sénégal)

2001, VOSTF,  90 min.

Qui peut chasser le brouillard oppressant qui recouvre le village de pêcheurs et les empêche de prendre la mer ? Dans ce climat de peur, Yatma et Mbanick, amis d’enfance, rivalisent pour séduire la belle Maxoye. Les forces magiques finiront par dénouer le drame.

 
Sia, le rêve du Python

de Dani Kouyaté (Burkina-Faso)

2000, VOSTF, 96 min.

La cité de Koumbi est frappée par la sécheresse. Pour lui redonner prospérité, les prêtres annoncent que selon la coutume, il faut sacrifier au Dieu Python une jeune fille vierge : Sia. Apprenant la nouvelle, Mamadi son fiancé se rebelle. Mais Sia disparaît… 

Ce film porte un regard incisif sur un mythe 
de l’ancien empire du Ghana. 
Inspiré d’une légende, il est adapté d’une pièce de théâtre de l’auteur mauritanien Moussa Diagana, La légende du Wagadu vue par Sia Yatabéré .

 
2005
A Casablanca, les Anges ne volent pas

de Mohamed Asli (Maroc)

2004, VOSTF, 97 min.

Saïd travaille dans un restaurant à Casablanca pour donner une vie meilleure à sa famille. Il a laissé sa femme enceinte au village, dans l’univers magnifique mais âpre de la montagne. Ses compagnons de travail courent aussi après leurs rêves : un cheval, une belle paire de chaussure… 
Une écriture personnelle, des images fortes qui confrontent le rêve à la réalité de la grande ville.

 
La caméra de bois

de Ntshavheni Wa Luruli (Afrique du Sud)

2003, VOSTF, 90 min.

Dans un township deux garçons trouvent une caméra et un revolver. Après le partage, l’amitié va durer entre eux, mais leurs destins vont se séparer. 
Là où règnent la haine et la violence, le cinéma et la musique ouvrent une autre voie.

 
Lettre d’amour Zoulou

de Souleman Ramadan (Afrique du Sud)

2004, VOSTF, 105 min.

Au journal où elle travaille, comme avec sa fille sourde et muette, Thandeka va d’échec en échec. La fin de l’apartheid et les élections démocratiques sont loin d’avoir résolu toutes les contradictions et apaisé les souffrances. Le combat de Thandeka continue.

 
Mahaleo

de César Paes et Raymond Rajaonarivelo (Madagascar)

2004, VOSTF, 98 min.

Les membres du groupe musical le plus populaire de Madagascar, Mahaleo, sont des gens simples. Ils n’ont pas abandonné leur métier d’origine. Leur musique porte les émotions de la vie quotidienne et les aspirations du peuple. 
Un portrait de Madagascar où se confondent le chant et la vie.

 
Les Suspects

de Kamal Dehane (Algérie)

2004, VOSTF, 105 min.

Au centre de l’action, une femme psychiatre qui cherche à comprendre ce qui se passe dans la tête des anciens combattants de l’indépendance. Mais elle est trop indépendante pour ne pas subir des tracasseries constantes. Dépassant le problème de l’intégrisme, le film montre comment la société toute entière est prise dans un jeu malsain, où tout le monde surveille tout le monde.

 
Tasuma, le feu

de Kollo Daniel Sanou (Burkina-Faso)

2003, VOSTF, 90 min.

Cette pension d’ancien combattant qui n’arrive toujours pas met “Tasuma” hors de lui. Il va jusqu’à menacer le préfet avec son vieux fusil. Au delà du récit drôle et très rythmé, le film rend compte d’une atmosphère de vie collective au village où les femmes tiennent une place centrale.

 
2007
Africa paradis

Sylvestre Amoussou (Bénin)

2006, VF, 86 min

2033, c’est l’enfer en Europe, l’eldorado est en Afrique. Des européens tentent leur chance et entrent clandestinement en Afrique.

Comédie dramatique qui inverse les regards sur l’immigration.

 
Douar de femmes

Mohamed Chouikh (Algérie)

2005, VOSTF, 102 min

La guerre civile qui règne en Algérie, dans les années 90, oblige les hommes à quitter le village pour aller travailler à l’usine. Les femmes armées de kalachnikov prennent en main la sécurité et la vie du douar.

Le monde à l’envers ! Dépassant l’horreur de la guerre, ce film tonique et plein d’humour, donne une place aux femmes qui réagissent avec énergie et courage.

 
L’ombre de Liberty

Imunga Ivanga (Gabon)

2006, VF, 85 min

Quelle est cette voix qui, clandestinement tous les soirs, sur toutes les radios, appelle le peuple à se lever contre la dictature du Président Amor ? Militaires et forces spéciales sont mandatés pour traquer celui que l’on nomme Liberty.

Quand la magie et la voix du peuple se conjuguent pour résister à l’oppression.

 
Tarfaya

Daoud Aoulad Syad (Maroc)

2004, VOSTF, 90 min

Miriam veut quitter son pays. Elle arrive dans une petite ville du Maroc, où elle s’établit comme tant d’autres avant elle, en attendant le jour du départ.

Histoire d’un quotidien tourné vers les lumières de l’Europe.

 
La télé arrive

Moncef Douib (Tunisie)

2006, VOSTF, 95 min

El Malaga, village tranquille du Sud tunisien, apprend qu’une équipe de tournage allemande va venir dans la région. C’est le branle bas de combat pour donner une image positive du pays.

Un film satirique et drôle, qui dresse un portrait tout en autodérision d’une certaine Tunisie.

 
Vase brisé

Tunde Kelani (Nigéria)

2006, VOSTF, 95 min

Pays Yoruba, Nigéria. Awero hésite entre deux prétendants qui se battent pour sa main. Mais son sort change dramatiquement quand elle rencontre 
Dauda, voyou de la ville.

Défense de la voix des femmes à travers une fresque qui montre le quotidien des villages Yoruba, au Nigéria.

 
2009
Fantan Fanga

Film de Adama Drabo et Ladji Diakité

de Adama Drabo et Ladji Diakité

Mali, 2008, VOSTF, 88 mn.

Bamako. Lamine, albinos, estla victime d’un sacrifice rituel dans un contexte d’élections. L’inspectrice Doussou et Fafa, ami de Lamine, aidés par la confrérie des Chasseurs, vont trouver l’énergie de se battre pour porter la voix des pauvres.

Rencontre entre une jeunesse déterminée et la force des valeurs de la charte du Mandé pour imaginer l’avenir.

 
Il va pleuvoir sur Conakry

Il va pleuvoir sur Conakry

de Cheick Fantamady Camara

(Guinée), 2007,VOSTF, 115 mn.

Bibi, caricaturiste pour un quotidien de Guinée, est amoureux de Kesso, qui attend un enfant de lui. Mais il se heurte à la volonté de son père qui lui destine un tout autre avenir : prendre sa suite en devenant imam.

Un style résolument populaire qui souligne l’énergie d’une jeunesse qui cherche à faire changer les choses.

 
Juju Factory

Juju factory

de Balufu Bakupa-Kanyinda

(RDC), 2007,VF, 95 mn.

Un écrivain Africain, qui rédige un livre,  » Matongé Village « , se heurte aux aléas de sa vie d’exilé et aux  » lieux communs  » de son éditeur.

Un film fort sur l’histoire des relations entre la Belgique et la République Démocratique du Congo, qui pose la question de la place de l’Afrique.

 
Mascarades

de Lyes Salem

Mascarades

(Algérie), 2007, VOSTF, 94 mn

Un petit village d’Algérie. Rym fait la risée de tous à cause de crises de sommeil qui la foudroient de jour comme de nuit. Pour faire taire les moqueurs, Mounir, son frère, orgueilleux et fanfaron, lui invente un mari.

Regard sur une Algérie en quête d’elle-même à travers un ton burlesque, des dialogues savoureux qui n’occultent pas la force du propos.

 
Où vas-tu Moshé ?

de Hassan Benjelloun

Où vas-tu Moshé ?

(Maroc), 2007,VOSTF, 90 mn.

Bejjad, début des années 60 :beaucoup de familles juives marocaines de la ville quittent le pays pour immigrer en Israël.
Histoire d’un exode à travers différents personnages : hommes, femmes, chrétiens, juifs, musulmans. Retour en finesse sur un épisode oublié de l’histoire du Maroc.

 
2011
Da monzon, la conquête de Samanyana

Sidy Fassara Diabaté (Mali)

2010, VOSTF, 110 min.

Au début du XIXe siècle, quand Da succède à son père à la tête du royaume bambara de Ségou, il doit asseoir son pouvoir et vaincre le maléfique roi Bassi Diakité de Samanyana. La ruse des femmes aura toute sa place. Une immersion dans l’univers bambara : dialogues tout en métaphores. Quand le cinéma permet de se réapproprier l’histoire.

 
Nothing but the Truth

John Kani (Afrique du Sud)

2008, VOSTF, 77 min.

L’enterrement de son frère, héros de l’ANC, en grande pompe et le refus du poste dont il rêvait vont pousser Sipho à bout. Il en attendait plus de l’ère Mandela !

Un récit drôle et rythmé pour souligner les contradictions d’une société qui se construit après des années d’apartheid.

 
La mosquée

Daoud Aoulad-Syad (Maroc)

2010, VOSTF, 85 min.

Moha n’aurait jamais dû louer son terrain au réalisateur pour la construction d’un décor de mosquée ! Maintenant que l’équipe de tournage est partie, ce sont les villageois qui ont investi les lieux pour la prière… et impossible désormaisd’y cultiver ses légumes !

Une farce autour de la croyance et de l’interprétation !

 
Le poids du serment

Kollo Daniel Sanou (Burkina Faso)

2011, VOSTF, 90 min.

Nyama et Sibiri sont membres de la confrérie des chasseurs. Un accident frappe Nyama lors d’une chasse en brousse. Alors que le village le croit mort, il est recueilli, amnésique, par une mission évangéliste. Histoire de Nyama, mais aussi celle de l’Afrique de l’Ouest, prise entre religions traditionnelles, religions révélées et sectes.

Une fenêtre ouverte sur la confrérie des chasseurs du Mandé.

 
Teza

Haïlé Gerima (Éthiopie)

2007, VOSTF, 140 min.

Anberber retourne en Éthiopie pour retrouver les siens après des années d’absence. Il boite et a perdu la mémoire. Depuis son village, situé à la source du Nil, il part à la recherche de son histoire, intimement liée à celle de son pays.

Une fresque époustouflante pour aborder la question de l’exil et la place de l’Afrique dans l’Histoire.

 
Le voyage à Alger

Abdelkrim Bahloul (Algérie)

2009, VOSTF, 97 min.

Le combat d’une femme, veuve de la guerre d’Indépendance, pour conserver la maison qu’un administrateur français lui a léguée.

Courage et détermination pour que la justice existe dans une Algérie qui cherche sa voie, au sortir de l’Indépendance.

 
2013
Andalousie, mon amour !

Mohamed Nadif (Maroc)

2011, VOSTF 86 mn.

Saïd et Amine deux jeunes étudiants Casablancais rêvent d’Europe. Afin de réaliser ce voyage, ils rejoignent un petit village de la côte marocaine. Ils y rencontrent un instituteur, qui a une obsession : rejoindre « l’eldorado » andalou perdu par ses ancêtres. Avec la complicité de ce dernier, les deux garçons trouvent une barque pour faire la traversée. Saïd échoue en Espagne…dans une Andalousie plus qu’étrange. Amine, lui, est rejeté par la mer à son point de départ.  Il découvre alors qu’au village, trafics et combines des notables vont bon train.

Avec ce premier film, le réalisateur bâtit une satire sociale féroce pour dénoncer la corruption, les inégalités, les mensonges politiques. Il traite de la question de l’immigration à travers du grand burlesque, de manière quasi surréaliste. Autant d’ingrédients qui expliquent le succès populaire de ce film au Maroc.

Pour voir la bande d’annonce du film cliquer ici

 
Malagasy Mankany

Haminiaina Ratovoarivony Madagascar

2012, VOSTF, 93 mn.

Jimi, étudiant en sociologie apprend que son père est  tombé gravement malade, au village. Il s’embarque alors avec ses deux meilleurs amis Bob et Dylan en voiture à travers Madagascar afin de le rejoindre. Au départ de leur périple, ils prennent en stop Charu, une mystérieuse et attrayante jeune indo-pakistanaise qui ne manque pas de créer une étincelle entre les trois compères. Pour ces quatre personnages commence un parcours initiatique sous forme de road movie. A travers cette comédie dramatique – totalement autoproduite,  le réalisateur évoque en filigrane les nombreux défis que pose l’avenir du pays, et la façon dont la jeunesse malgache pourrait y répondre. Le cinéma pour inventer de nouvelles légendes et donner foi en l’avenir.

Pour voir la bande annonce du film (VO) cliquer ici

 
Le Capitaine Nakara

Bob Nyanja Kenya

201, VF doublée, 88 mn.

Dans les années 70, au Kwetu, dictature militaire africaine, Muntu, un petit truand, sort de prison à la faveur d’une amnistie présidentielle. Le jeune homme s’éprend de Muna, belle et angélique fille d’un évêque évangéliste. Désireux de l’épouser, il prétend gagner beaucoup d’argent grâce à un emplacement lucratif au marché local. Mais ses efforts sincères pour se ranger se heurtent sans cesse au système rongé par la corruption. A la veille de son mariage avec sa dulcinée, lassé d’être contrarié dans ses projets, il vole l’uniforme d’un capitaine. Son nouvel habit lui vaut aussitôt respect et faveurs… Une musique et des images colorées pour cette comédie truculente qui tourne en dérision la bureaucratie, la corruption, l’autoritarisme d’un Etat (presque) imaginaire.

Pour voir la bande annonce du film cliquer ici

 
La Vierge Margarida

Licínio Azevedo (Mozambique)

2012,  VOSTF, 87 mn.

Les femmes de « mauvaise vie » sont amenées dans un camp isolé. Margarida, jeune de la campagne de 14 ans, venue en ville pour acheter son trousseau, se trouvant sans papiers d’identité, se fait arrêter également. Dans le camp, commence un entraînement pour toutes, mené par des femmes soldats afin d’apprendre à vivre autrement. Margarida plaide son innocence, preuve en est : sa virginité. L’ensemble des femmes du camp prend fait et cause pour elle. Une comédie dramatique qui salue la révolte, la solidarité et le courage des femmes.


la bande annonce du film (VO) ici

 
Au-delà des lignes ennemies |

Lentswe Serote Afrique du Sud

2012, VOSTF, 85 mn.

Afrique du Sud sous l’apartheid. Joan, fille d’un fermier blanc vit bien loin de la violente réalité de son pays. Elle ne sait pas qu’une lutte pour la libération est en cours.  Un jour, elle découvre que son père et son ami sont des tortionnaires impliqués dans des crimes politiques. Sa gouvernante, elle, protège des militants de la libération. Sa vie bascule, elle doit prendre position et agir.
A travers ses personnages et les situations qu’ils traversent, ce film propose un chemin pour apprendre à dépasser la violence, la haine et les préjugés racistes.

 
2015
10949 femmes

film10949 300DPINassima Guessoum (Algérie)

VF, 75min, 2014

Nassima Hablal, qui a combattu pour l’indépendance, raconte l’histoire de l’Algérie et la place qu’elle et d’autres femmes ont eue. Rencontre avec le quotidien de cette femme étonnante qui a toujours ardemment défendu la liberté.

Pour visionner un extrait du documentaire, cliquez ici.

Contact distributeur : Le G.R.E.C / 75010 Paris (France) / Tel : + 33 1 44 89 99 99 / macampos@grec-info.com

 
Ady Gasy

Lova Nantenaina (Madagascar)

VOSTFR, 84 min, 2014

À Madagascar, les gens défient la crise avec inventivité : rien ne se perd, tout se transforme. Des pneus pour faire des chaussures, des boîtes de conserve pour faire des lampes… La trame : l’art oratoire malgache, qui rend hommage à la débrouillardise, tout en proposant une satire douce-amère du système mondial de surproduction et de surconsommation.

Pour visionner la bande annonce du documentaire, cliquez ici.

Contact distributeur : Laterit Productions / 75020 Paris – France /+33 (0)1 43.72.74.72 /distribution@laterit.fr

 
Al Bayra, la vieille jeune fille

affiche Al Bayra 1Mohamed Abderrahman Tazi (Maroc)

VOSTFR, 98 min, 2013

Adel, la soixantaine, célibataire, se doit de trouver un mari à sa nièce trentenaire, afin d’honorer le testament de son frère décédé. Il est prêt à tout pour qu’elle échappe au vil destin de bayra (vieille fille). Une comédie rythmée pour moquer le conservatisme et le décalage entre les générations.

Pour visionner la bande annonce du film en version originale, cliquez ici.

Contact distributeur : Mohammed Abderraham Tazi / abderrahmantazi@yahoo.fr

 
Beats of the Antonov

Kuka Hajooj (Soudan)

Documentaire, VOSTFR, 68 min, 2014

Soudan : les régions du Nil Bleu et des monts Nouba, au sud du pays, sont frappées par des bombardements menés par le gouvernement de Khartoum pour mettre fin à la rébellion. Pour rester vivants et dignes, hommes et femmes composent et jouent de la musique, dansent et chantent. La culture et la musique pour résister.

Pour visionner la bande annonce du documentaire, cliquez ici.

Contact distributeur : Big World Cinema Steven Markowitz / steven@bigworld.co.za

 
Le Président

Jean-Pierre Bekolo (Cameroun)president

VF, 63 min, 2013

Le président du Cameroun disparaît quelques jours avant les élections. S’ouvre alors une vraie fausse enquête sur cette disparition, menée par un journaliste TV, dans laquelle le spectateur doit accepter de se laisser entraîner. Force de ce plaidoyer contre le pouvoir en place au Cameroun, porté par une forme narrative originale

Pour visionner la bande annonce du film, cliquez ici.

Contact distributeur :  Kristina Konrad – weltfilm GmbH Berlin – Allemagne / tel-fax +49 30 42856409/11 / office@weltfilm.com

 
Mbeubeuss, le terreau de l’espoir

photoNicolas Sawalo Cissé (Sénégal)

VOSTFR, 95 min, 2014

Le poète Ramagélissa trouve un nourrisson à Mbeubeuss, la mégadécharge de Dakar. Il élève cet enfant dans l’amour de la terre comme antidote à la folie des hommes. Une fable écologique traversée par des personnages oniriques.

Pour visionner la bande annonce du film, cliquez ici.

Contact distributeur : Nicolas Sawalo / nicolascisse8@gmail.com

 
La Sirène de Faso Fani

La sirene de Faso FaniMichel K. Zongo (Burkina Faso)

VOSTFR, 89 min, 2015

Koudougou était la ville de production du Faso Fani (pagne du pays), fierté du Burkina Faso. En 2001, l’usine ferme ses portes. Retour sur les conséquences désastreuses d’une politique économique mondiale aveugle face aux réalités locales.

Pour voir un extrait de la Sirène de Faso Fani, cliquez ici.

Contact distributeur : Hélène BALLIS /Cinédoc films / Tel. : +33 450 45 23 90 / helene.ballis@cinedoc.fr

 
Soleils

SOLEILS Affiche-Poster 140306 LowResOlivier Delahaye – Dani Kouyaté (France – Burkina Faso)

96 min, 2013

La jeune Dokamisa retrouve petit à petit sa mémoire perdue au travers d’un parcours initiatique, guidée par le vieux Sotigui. De l’empire mandingue du XIIIe siècle à la prison de Mandela aujourd’hui, une plongée lumineuse dans l’histoire et la mémoire du continent, pour mieux bâtir l’avenir.

Pour visionner la bande annonce du film, cliquez ici.

Contact réalisateur : Olivier Delahaye – Odélion / olivier.delahaye.odelion@gmail.com

 
2017
L’île de perejil

De Ahmed Boulane (Maroc – Espagne)

VOSTF, 2015, 82 min.

Ibrahim, soldat marocain, est envoyé sur un petit îlot désert en Méditerranée. Sa mission est de surveiller le passage des contrebandiers et des migrants clandestins. Mais la souveraineté de cet îlot reste un objet de dispute entre le Maroc et l’Espagne. Un jour, Ibrahim découvre Mamadou, un clandestin que la mer a rejeté sur la plage. Tandis que les deux hommes tentent de mettre en place leurs moyens de survie, les deux pays entrent dans un conflit diplomatique, tournant rapidement à la crise militaire. Un film humoristique dans lequel l’amitié fait contrepoint à la vacuité du jeu des puissants.

 

 
L’orage africain, un continent sous influence

Sylvestre Amoussou (Bénin)

VF, 90 min, 2016

Au Tangara, pays africain imaginaire, le Président décide de nationaliser tous les moyens de production installés sur son territoire par des étrangers : puits de pétrole, mines d’or, de diamants. Mais la mise en place de ce programme ne va pas être facile : pour contrer cette décision qui va à l’encontre de leurs intérêts, les lobbys occidentaux s’engagent dans une bataille où tous les coups sont permis. Leur objectif : déstabiliser le pays et obliger le président à partir. Un film de dénonciation qui montre le parcours d’un pays qui ose s’affranchir afin d’imaginer un avenir positif pour le continent.

 

 
ONG (Organisation Non Gérable)

Arnol Aganze (Ouganda – RDC)

VOSTF, 82 min, 2016

Zizuke et Tevo sont tous deux jeunes diplômés. Zizuke travaille dans un bar et Tevo s’essaye à la photo. Ils aiment aussi séduire les femmes, notamment celles, qui, arrivées d’occident découvrent leur pays. Ces fréquentations leur donnent un jour une idée : afin de gagner de l’argent pourquoi ne pas créer une ONG ? Ce film autoproduit aux allures de sitcom, dresse une critique sévère de l’univers des ONG, menée par le rire.

 
Une révolution africaine, les 10 jours de la chute de Blaise Compaoré

Gidéon Vink et Boubacar Sangaré (Burkina Faso)

VOST – Documentaire, 99min, 2015

Octobre 2014 : Blaise Compaoré, président du Burkina Faso depuis 27 ans, annonce une modification de la constitution pour rester au pouvoir. Une mobilisation sans précédents se met alors en place pour l’en empêcher. A travers une chronique journalière de la lutte menée par la société civile et les partis politiques, le spectateur se trouve immergé dans l’intensité de cette révolution africaine.

 

 
Solaire made in Africa

Malam Saguirou (Niger)

VF, 67 min, 2017.

Dans les années 1970-1980, le Professeur Abdou Moumouni Dioffo, premier agrégé d’Afrique de l’Ouest en physique, développe dans son pays le Niger, la recherche sur l’énergie solaire à travers le Centre National de l’Energie Solaire de Niamey. Il devient très rapidement un des animateurs de ce type de recherche au niveau mondial. Les techniques et les outils qu’il met au point garantissent l’autonomie énergétique, dans le respect de l’environnement.

Retour sur les travaux de ce précurseur dans un dialogue entre passé et avenir, pour dire le potentiel du « made in Africa ».

 

 
Thala mon amour

Mehdi Hmili (Tunisie)

VOSTF, 87 min, 2016

Durant les derniers jours de la dictature, Mohamed prisonnier politique, qui vient de s’évader, arrive à Thala au milieu des émeutes et sous le feu des balles du régime.

Il n’a qu’une idée en tête : retrouver Hourya sa bien aimée et quitter le pays. Celle-ci continue au péril de sa vie, la lutte qu’ils avaient menée ensemble. Elle rêve d’un pays libéré à tout prix. À travers le portrait de ces personnages, retour sur les espoirs et les contradictions portés par la révolution.

 

 
Wallay

Berni Goldblat (Burkina Faso)

VOSTF, 82 min, 2017

Alors qu’il est sur la pente glissante de la délinquance, Ady, jeune garçon métisse franco-burkinabé, est envoyé par son père au village, au Burkina Faso. C’est la première fois qu’il foule le sol de ses ancêtres paternels : il est enthousiaste. Mais ce ne sont pas des vacances qui l’attendent : au pays des hommes intègres, à son âge on apprend à devenir un homme. Récit du parcours initiatique de Ady, qui apprend à se construire dans la richesse de sa double culture.