Le festival

Les courts métrages

Archives

Cliquez sur une année pour voir les films en compétition lors cette édition. Puis cliquez sur le titre d'un film pour voir sa fiche. Cliquez de nouveau sur le titre pour refermer la fiche.


2015
Twaaga

Cedric Ido (Burkina Faso) 

30 min, 2013

Ouagadougou,1985. Pour Manu, huit ans, le monde est peuplé de super-héros : son grand frère, dans les BD ou encore Thomas Sankara… il fait tout pour en être un. Mais son regard d’enfant est rattrapé par la réalité, impitoyable.

Pour visionner la bande annonce du court métrage, cliquez ici.

Contact distributeur : Roman de Montlivault /Bizibi / elbizibi@free.fr / 33 (0)1 43 47 15 06

 
Selma

Mohamed Ben Attia (Tunisie)

VOSTFR, 20 min, 2013

Suite à la mort accidentelle de son mari chauffeur de taxi, Selma décide de se prendre en main. Les obstacles posés par une administration kafkaïenne, une belle-mère conservatrice ne viennent pas à bout de sa détermination.

Pour visionner la bande annonce du court métrage, cliquez ici.

Contact distributeur : NOMADIS IMAGES /  Lina Chaabane / TUNISIE / +216 71 749080/ 71 728 232 / +216 71748 255 / nomadis.images@gmail.com

 
Savoir faire le lit

Ph3_Savoir faire le lit

Aïcha Macky (Niger)

VOSTFR, 26 min, 2013

« Chez moi, au Niger, quand une femme rejoint la demeure conjugale, on l’exhorte à savoir faire le lit, sans qu’elle sache de quoi il retourne. » En contrepoint, la réalisatrice livre sa découverte de l’art de la séduction chez les Sénégalaises. Diversité des regards pour questionner le rapport à la féminité.

Contact distributeur : Dominique Olier /Ardèche Images Africadoc /dominique@africadoc.net /06 14 56 00 62

 
Peau de Colle

Peau de Colle - Photo 1

Kaouther Ben Hania (Tunisie)

VOSTFR,23 min, 2013

Amira, cinq ans, n’aime pas l’école. Pour ne pas y aller, elle trouve une idée imparable, qui ira bien au-delà de ses espérances. Une comédie enlevée, servie par de jolies images façon carte postale.

Pour visionner la bande annonce du court métrage, cliquez ici.

Contact distributeur : Melik Kochbati /Elefanto Films / melik.kochbati@elefantofilms.com / +33 (0)6 95 45 48 29 / +33 (0)9 53 16 90 37

 
Kwaku Ananse

Akosua Adoma Owusu (Ghana)

VOSTFR, 25 min, 2013

L’enterrement de son père tourne au voyage initiatique pour la jeune Nyan. Au détour d’une forêt, elle rencontre Kwaku Ananse, personnage mythique au Ghana : tantôt homme, tantôt araignée. Il lui apprend la dualité des choses comme celle des êtres. Beauté des images, pour découvrir l’imaginaire ashanti.

Pour visionner la bande annonce du court métrage, cliquez ici.

Contact distributeur : Akosua Adoma Owusu / akosuadoma@yahoo.com

 
Janvier

Emad Mabrouk (Égypte)

VOSTFR, 14 min, 2013

Le 25 janvier 2011, en pleine révolution égyptienne, Ibrahim poursuit sa petite vie tranquille et ses obligations professionnelles. Dénonciation de la duplicité du pouvoir alors en place et de ses pions.

Pour visionner la bande annonce du court métrage en version originale non sous-titrée, cliquez ici.

Contact distributeur : Emad Mabrouk / moviola_77@yahoo.com

 
Crop

crop-660x350

Johanna Domke et Marouan Omara (Égypte)

VOSTFR, 48 min, 2013

Visite des entrailles du grand journal gouvernemental égyptien après la révolution avec en voix off le témoignage et le décryptage de décennies de censure et de propagande. Un film puissant.

Pour visionner la bande annonce du court métrage en version originale non sous-titrée, cliquez ici.

Contact distributeur : Nora Molitor Arsenal – Institut für Film und Videokunst e.V. /10785 Berlin / Deutschland /(49-30) 26955 110 / nm@arsenal-berlin.de

 
Les Avalés du grand bleu

affiche 1

Maxime Tchinkoun (Togo)

VF, 30 min, 2014

Dans l’attente des nouvelles d’un proche parent parti pour l’Europe en pirogue, Madame Koffi, enseignante, se rend compte que son élève Enam, lui, a perdu son père en mer. Un film pour sensibiliser la jeunesse aux dangers du départ.

Pour visionner la bande annonce du court métrage, cliquez ici.

Contact distributeur : Maxim Tchinkoun / mtchincoun@yahoo.fr

 
Adamt

ADAMT 2

Zelalem Woldemariam (Éthiopie)

VOSTFR, 18 min, 2013

Addis Abeba, fin des années 1990. La musique qu’il compose pour un concert rappelle à Teferi le souvenir traumatisant de l’assassinat de son grand-père et de son amie Lehsan par le régime socialiste des années 1980. Beauté de la musique et de sa transmission pour dépasser l’horreur.

Pour visionner la bande annonce du court métrage, cliquez ici.

Contact distributeur : Shani Zeleman Production email : shani.s@zeleman.com

 
2013
Offrande

Walid Mattar  (Tunisie)

2011, VOSTF, 16 mn.

Hassan ne sait plus quoi faire : bientôt l’Aïd et il n’a pas les moyens d’acheter un mouton pour sa famille. Rien ne va plus : son fils essuie les quolibets de ses petits camarades, sa femme subit la vantardise et la générosité condescendante des voisines…Heureusement, une chaîne de magasin propose une solution pour l’achat d’un téléviseur. Ce film plein d’humour parle des pièges de la pression sociale et de ceux non moins dangereux de la société de consommation.

 
Quand ils dorment

Maryam Touzani (Maroc)

2011,  VOSTF, 17 mn.

Amina, jeune veuve et mère de trois enfants vit avec son père. Sara, sa fille de 8 ans est très liée à son grand-père. Lorsqu’il meurt subitement, son corps passe la nuit dans la maison en attente de sépulture le lendemain. On interdit à Sara, ainsi qu’à sa mère de veiller auprès de lui la nuit. Déterminée à passer un dernier moment avec son grand-père, Sara attend patiemment que tout le monde s’endorme. Sensible et espiègle, la petite ne laisse rien s’interposer entre elle et son grand-père. Regard plein de finesse sur un sujet sensible

 
Ghali

Ikrame Elaouane (Maroc)

2011,VOSTF, 18 mn.

Driss, un vieil homme vivant seul, confie ses achats très spéciaux – du matériel électronique –  à Ahmed, le gardien de son immeuble. Celui-ci est plein de soupçons : un acte terroriste semble se préparer. Pour parer le coup, il dénonce les activités de son voisin à la police. La visite de Ghali le petit-fils de Driss et de sa fille permettent de savoir ce qui se trame. Du suspense bien mené dans ce film sur le climat de tension que crée le terrorisme.

 
Moly

Moly Kane (Sénégal)

2011, VOSTF, 19’


Le jour où son père meurt, c’est à Moly jeune homme handicapé, que revient la prise en charge de la famille. Malgré ses diplômes, les employeurs le rejettent à cause de son handicap. Alors que mère, frères et sœurs  sont mis à la porte, faute d’avoir pu payer le loyer de la maison, il faut  trouver une solution ailleurs que dans les bureaux. Ils s’installent à la campagne et c’est par le travail de la terre et le courage que Moly parviendra  à sortir de cette situation.
Moly, un modèle de persévérance, qui montre qu’avec de la volonté tout est possible.

 
Demain, Alger ?

Amin Sidi-Boumediène (Algérie)

2011,  VOSTF, 20 mn.

Alger, octobre 1988. Trois jeunes sont à la croisée des chemins : faut-il « aller à Alger »?  ou faire comme un des leurs : préparer ses valises pour partir étudier en Europe ? Au travers de dialogues entre trois jeunes le film pose les doutes, les questionnements de la jeunesse algérienne de 1988 avant les manifestations. Des manifestations qui réclamaient des changements radicaux pour l’Algérie. Le spectateur assiste au « point de bascule » avant leur engagement.  Un film sombre, qu’on peut difficilement ne pas mettre en lien avec révolutions arabes d’aujourd’hui.

 
2011
Vivre

Walid Tayaa (Tunisie)

2010, VOSTF, 18 min.

Hayet, la quarantaine, a l’impression que sa vie lui échappe. Étant veuve, elle vit chez sa mère. Elle ne voit pas son fils qui a migré au Canada, et passe ses journées à téléphoner… en France, pour un centre d’appels. Mais l’espoir d’un changement lui donne de l’élan.

Une critique implicite d’une Tunisie décalée, portrait d’une femme qui souhaite casser la réalité.

 
Tiraillement

Najwa Slama (Tunisie)

2010, VOSTF, 18 min.

Tout oppose les deux sœurs : pour Zeineb, le voile et la prière ; pour Lilia, les clips à la mode et la fête. Jusqu’au jour où tombe une demande en mariage.

Les deux sœurs se retrouvent alors sur un même terrain : la défense de leur liberté de femme face à l’hypocrisie conservatrice.

 
L’or blanc

Adama Sallé (Burkina Faso)

2010, VOSTF, 20 min.

Deux frères, fils d’agriculteur, sur leur route pour l’Europe, n’échappent pas à la rigueur du désert : Baba succombe de soif. Ado l’enterre selon les rituels du pays, en digne fils du Burkina Faso.

Un cri de révolte contre l’absurdité d’un système agricole qui piétine les paysans du continent.

 
Lobolo

Michele Mathison (Mozambique)

2010, VOSTF, 26 min.

Costa et Sofia se marient. Les mois passent, ils n’arrivent pas à avoir d’enfant. Pour Costa, c’est Sofia la responsable. Il la chasse et exige qu’on lui rende sa dot ! Mais ses sentiments le rattrapent.

Regard sans concession pour dénoncer le comportement de certains hommes face à la stérilité.

 
Garagouz

Abdenour Zahzah (Algérie)

2010, VOSTF, 24 min.

Le parcours semé d’embûches d’un marionnettiste et son fils qui se rendent dans une école pour donner un spectacle. Mais de la poésie et de la volonté naît l’espoir…

Un film tout en métaphores pour dénoncer les blocages du pays.

 
Blissi Ndiaye ou la visite de la dame

Nicolas Sawalo Cissé (Sénégal)

2010, VOSTF, 23 min.

Issa Samb, vieil érudit, vit en marginal : il est toujours seul avec ses livres. Un jour, une étrange femme apparaît dans sa chambre pour le séduire. Un film poétique et baroque à l’image soignée.

Une fenêtre sur l’imaginaire qui entoure les personnes qui vivent seules.

 
2009
Ils se sont tus (Sektou)

Ils se son tus

de Khaled Benaïssa, (Algérie)

2009, VOSTF, 17 mn.

Lorsqu’il rentre chez lui après ses émissions radio,Smaïn essaie de dormir. La vie pleine d’ambiance du quartier suscite dans sa tête des images qui évoquent toutes les contradictions de la société algérienne d’aujourd’hui.

Une écriture cinématographique maîtrisée pour repenser la société : « Il faut rêver pour se réveiller ».

 
Khti

de Yanis Koussim (Algérie)

Khti

2007, VOSTF, 18 min.

Lamia, médecin en psychiatrie se voit confier le suivi de Salima, une jeune femme de son âge, qui vient de la campagne.

Une rencontre entre deux mondes qui permettra à ces femmes de se dépasser. Sensibilité et poésie pour aborder la place des femmes en Algérie.

 
Lazher

Lazher

de Bahri ben Yahmed (Tunisie)

2008, VOSTF, 8 min.

Lazher a treize ans. Il est fier de ses chaussures dernier cri, difficilement acquises. Il ne les quitte que pour aller à la Mosquée. Mais…une mauvaise surprise l’attend après la prière!

Rythme et humour à la recherche des chaussures perdues.

 
Le poisson noyé

de Malik Amara (Tunisie)

2008, VOSTF, 18 min.

Un vieux vendeur de poissons, fort désagréable, meurt et ressuscite plusieurs fois, ce qui provoque la consternation de son entourage et du village.

Du grand burlesque, servi par des acteurs populaires en Tunisie, pour oser rire de tout.

 
Timpoko

de Serge Armel Sawadogo (Burkina-Faso)

Timpoko

2008, VOSTF, 14 min.

Ouagadougou. Le combat d’une vieille femme pour faire respecter ses attributions de grand-mère, dans la cour familiale de la maison de son fils.

Un film sur les relations entre générations et les tensions qu’elles traversent dans une société qui change.

 
2007
La vitrine

Mohammed Ahed Bensouda (Maroc)

2005, VOSTF, 10 min

Le petit vendeur de cigarette, de café en café retrouve les mêmes images violentes de Palestine à la télévision, jusqu’à s’en imprégner complètement.

Plaidoyer contre le harcèlement des médias, qui manipulent les foules par les images.

 
La moisson magique

Anis Lassoued (Tunisie)

2005, VOSTF, 18 min

Dans la campagne tunisienne, un vieil homme explique à l’enfant que la pièce de monnaie qu’il vient de
trouver peut donner une moisson magique. L’enfant soigne cette graine qui promet tant, et oublie que le jour de sa circoncision approche.

Douceur et poésie pour rappeler ce que c’est que grandir.

 
Menged

Daniel Taye Workou (Ethiopie)

2006, VOSTF, 21 min

Un père et son fils traversent la campagne éthiopienne pour se rendre au marché, accompagnés de leur âne. En chemin, ils croisent plusieurs personnes, qui, chacune, leur prodigue des conseils.

Une fable qui questionne avec humour la façon de gérer le regard d’autrui et de choisir ses valeurs.

 
Lamine la fuite

Samia Chala (Algérie)

2005, VOSTF, 50 min

Lamine vit à Alger. À 35 ans, il n’a qu’un rêve : partir en France, et avec un visa. Mais la porte reste fermée. Personnage drôle et truculent, il vit son désespoir quotidien avec humour.

Un portrait plein d’empathie et de tendresse, sur cette génération qui ne nourrit qu’un désir : la fuite.

 
Jospeh Ki-Zerbo, identité pour l’Afrique

Dani Kouyaté (Burkina Faso)

2005, VF, 52 min

« Dormir sur la natte des autres c’est comme si on dormait par terre ». Joseph Ki-Zerbo, historien, s’est appuyé toute sa vie sur ce proverbe pour militer en faveur de la reconnaissance et du développement de l’Afrique.

Tonicité des paroles de Joseph Ki-Zerbo à travers un jeu de questions réponses.

 
Humanitaire

Adama Roamba (Burkina Faso)

2006, VF, 15 min

Dans un pays d’Afrique de l’Ouest la guerre fait rage. Barou, volontaire dans l’humanitaire assure le rapatriement des victimes civiles vers un camp de soin, bravant les dangers d’une piste minée.

Un film fort qui oppose le courage des volontaires à l’absurdité de la guerre.

 
Le grand marché

Licino Azevedo (Mozambique)

2005, VOSTF, 56 min

Paito qui s’est fait voler l’argent de sa mère ne veut plus retourner chez lui. Il décide d’élire domicile au marché où il rencontre Xano, un petit voleur.

Un hommage à la débrouillardise, plantée par des personnages hauts en couleur.

 
Le fleuve Niger se meurt

Adam Aborak Kandine (Niger)

2006, VOSTF, 7 min

Le fleuve Niger s’ensable, ce qui complique bien la vie des pêcheurs. Il y a de moins en moins de poissons… et de plus en plus d’hippopotames, appréciés des touristes.

Un film en clin d’oeil pour souligner les méfaits des changements climatiques et l’absurdité de certaines politiques de développement.

 
Deweneti

Dyana Gaye (Sénégal)

2006, VF, 15 min

Dans les rues de Dakar, Ousmane, qui n’a pas sept ans, invente la mendicité réciproque : une pièce vaut une prière. Pour exaucer les voeux des donateurs, il se tourne vers le père Noël.

Un conte plein de fraîcheur, traversé par des figures emblématiques de la société sénégalaise.

 
2005
La Volonté

de Rolande Ouedraogo (Burkina-Faso)

2004, VF, 24 min

Dans ce quartier populaire de Ouagadougou, Pita est à la fois mécanicien, musicien, peintre et artiste plasticien. Portrait d’un homme handicapé et joyeux, véritable modèle d’énergie. Un homme qui ose.

 
Visa

de Ibrahim Letaïef (Tunisie)

2004, VOSTF, 30 min.

Rachid veut son visa pour la France, mais voilà que les règles ont changé : il faut désormais réussir la dictée de M. Bernard Dictot. Avec sa fille, il doit donc se remettre à l’adjectif qualificatif et au participe passé ! Une comédie au service de la liberté de circulation.

 
Tiraburu

de Marian Kunonga (Zimbabwe)

2004, VOSTF, 15 min

Puni pour avoir laissé les vaches manger les choux dans un jardin, le jeune garçon devra travailler dans la boutique du propriétaire. Mais, en l’absence du patron, le gamin se sert dans les rayons. Il fait bombance à la maison avec sa truculente grand-mère !

 
Tandy/Rudo

de Heeten Bhagat (Zimbabwe)

Zimbabwe, 2004, VOSTF, 13 min

Deux femmes face à la maternité, désirée ou refusée. L’une est noire, l’autre blanche. Deux parcours si différents qui s’entremêlent. 
Un film en silence, délicat et sensible, autour de l’arrivée d’une nouvelle vie.

 
Raïs Lebhar, Ô ! Capitaine des mers

de Hichem Ben Ammar (Tunisie)

2002, VOSTF, 52 min

“Le thon, dit l’un des pêcheurs, c’est comme une très belle femme. Quand il arrive, on tremble”. Avec cette technique de pêche très ancienne, l’homme et le poisson luttent au corps à corps. 
Le film montre comment cette passion forge des personnalités hors du commun.

 
Ngoyaan

de Moussa Sene Absa (Sénégal)

2004, VOSTF, 52 min

Le genre musical appelé Ngoyaan remonte à la nuit des temps, transmis de génération en génération. Chant pour se réveiller, chant pour séduire, chant de paix. Le film est une balade à Médina Sabakh, berceau de cette musique. “Mes chers amis, allons faire un tour au paradis…”

 
Momo Mambo

de Laïla Marrakchi (Maroc)

2003, VOSTF,  7 min

Dans une rue de Casablanca, sous le soleil de plomb, Mohammed, chauffeur de « petit taxi », est coincé dans un embouteillage. Il se laisse envoûter par la beauté d’une jeune femme qui pénètre dans un salon de coiffure pour dames. Alors son rêve le projette dans ce lieu uniquement fréquenté par les femmes, où il est l’objet de toutes les attentions féminines.

 
Grener Pastures

de Mary Ann Mandishona (Zimbabwe)

2004, VOSTF, 13 min

L’herbe est toujours plus verte ailleurs. Un montage éblouissant nous entraîne dans deux rêves qui se croisent. Deux jeunes femmes, l’une née au Zimbabwe, l’autre africaine-américaine, rêvent de partir, l’une en Grande Bretagne pour une vie à l’occidentale, l’autre au fin fond de la brousse pour un retour aux sources.

 
Cousines

de Lyes Salem (Algérie)

2003, VOSTF, 32 min

Driss revient en Algérie après quatre ans d’absence. Ses cousines sont ravies de voir arriver ce cousin de France qui leur permet de sortir et se range de leur côté. Douceur et humour, pour souligner la force et le courage des femmes.

 
2003
Source d’histoire

de Adama Roamba (Burkina-Faso)

2002 , VF, 25 min

D’une part, un petit paradis où les enfants jouent 
dans l’insouciance et profitent de la vie. De l’autre,des enfants enrôlés dans des bandes armées et pris dans une logique de violence et de mort. Comment la confrontation des deux mondes sera-t-elle vécue ?

 
Petite lumière

de Alain Gomis (Sénégal)

2002, VOSTF, 15 min.

Fatima est une fillette de huit ans. Elle se demande si la petite lumière du frigo reste allumée lorsque la porte est refermée. Puis elle descend dans la rue, et se demande si les gens continuent d’exister quand elle ferme les yeux…

 
Lili

de Marwan Hamed (Egypte)

2001, VOSTF, 40 min

Dans ce quartier populaire du Caire, les habitants 
préfèrent le café à la mosquée. Aussi le nouvel imam,tout jeune, décide d’aller vers eux. Mais le voilà pris par la tentation : la très belle Lili trouble son âme. 
Comédie de l’imam amoureux.

 
Le dilemme d’Eya

de Adjikè Assouma (Togo)

2002, VF, 26 min

Les collégiennes apprennent qu’Eya doit quitter les études pour être intronisée au Vodou. Malgré sa résistance, Eya doit s’y plier. Pour recouvrer sa liberté,il lui faudrait beaucoup d’argent.

 
Bintou

de Régina Fanta Nacro (Burkina-Faso)

2001, VOSTF, 26 min.

Le combat d’une femme burkinabé au sein de sa 
famille, pour le droit à l’école de sa propre fille. 
Grand sourire sur un sujet grave.

 
Le Ballon

Orlando Mesquita (Mozambique)

2001, VOSTF, 6 min.

Des gamins qui jouent au foot dans la poussière, quoi de plus banal ? Sauf que la fabrication du ballon,aussi rythmée que les passes et les shoots, est une prouesse inattendue de débrouillardise.

 
2001
Un rire de trop

de Ibrahim Letaïef (Tunisie)

2000, 17 min

Après avoir été victime de la caméra cachée, Am Salah est la risée de tous. Combien de temps va-t-il supporter les moqueries?

 
Quand le soleil fait tomber les moineaux

d’Hassan Legzouli (Maroc)

1999, 35 min

Kama passe ses vacances chez ses grands-parents dans un village perdu du sud Maroc. Mais derrière la paix de la vie rurale se cache le drame.

 
La musique qui m’a sauvé la vie

de Andrianarivoa Bodo (Madagascar)

2000, 5 min

Madagascar jouit d’un héritage culturel extrêmement varié. Avec sa guitare et son harmonica, l’artiste affronte les truands venus le dévaliser.

 
Le cri de la falaise

de Salif Traoré (Mali)

2001, 36 min

Au pays Dogon, les rituels de passage à l’âge adulte se préparent. Arrive Nafi qui cherche un remède pour son fiancé atteint du Sida. Et c’est la bataille contre l’excision.

 
Clan destin 


de Abdel Hamid Karim (Algérie)

1999, 14 min

Le passage en Europe, c’est le rêve de beaucoup de jeunes en Algérie. Pour deux d’entre eux une occasion se présente, mais amour et électricité se liguent pour la faire échouer.

 
Article 15 bis

de Balufu Bakupa Kanynda (R.D. Congo)

2000, 15 min.

De service à la porte de la villa de leur général, les soldats guettent le passant à rançonner tout en commentant leur situation… 
humour populaire et corrosif.