L’objectif des formations est d’apporter des connaissances et de la compréhension sur les cultures étrangères, et plus particulièrement sur les cultures d’Afrique. Les formations font appel à différents outils, mais favorisent toujours l’échange comme base pour apprendre et pour susciter la curiosité. Cinémas et Cultures d’Afrique y distingue toujours les périodes et les lieux, afin de présenter une vision la moins schématique possible.

Nos formations se basent sur une pédagogie innovante, mêlant :

  • Intervention d’experts (anthropologue, sociologue…)

D’origine africaine, ils connaissent et peuvent raconter à la première personne un mode de vie et d’éducation spécifique à leur pays.

  • Intervention de témoins d’origine africaine

C’est un entretien encadré de manière souple. Le but est de se dégager de l’approche théorique et généraliste pour voir comment une personne peut vivre subjectivement la situation de double culture.

  • Utilisation du cinéma

Le cinéma apporte une connaissance vécue des faits de culture. Seuls des films réalisés par des cinéastes africains sont présentés. A l’issue de chaque projection, un temps de prise de parole et d’échange est organisé.

  • Jeu participatif

Le jeu participatif permet d’entrer dans le vif du sujet en se basant sur des exemples concrets et vécus, tout en favorisant la participation active.

 

Modules de formation

Cinémas et Cultures d’Afrique propose différents modules de formation, à définition géographique ou thématique. Cliquez sur les liens correspondants pour en savoir plus.

 

Modules à définition thématique :

Approche de la diversité pour mieux accompagner les jeunes de toutes origines (module d’une ou deux journée(s))

L’approche interculturelle : développer sa compétence interculturelle pour un mieux vivre ensemble (module de deux journées)

Pourquoi il est utile de connaître les faits de culture : les grands repères (module d’une journée)

Des sociétés sexuées (module d’une journée)

Honneur, respect et image de soi (module d’une journée)

Note : les trois derniers modules peuvent être choisis indépendamment, ou tous ensemble pour une formation de trois jours.

 

Modules à définition géographique :

Faits de cultures d’Afrique de l’Ouest (module de deux journées)

Faits de cultures du Maghreb (module de deux journées)

 

 


 

Les intervenants

Intervenant professionnel :

Dragoss Ouedraogo

Anthropologue franco-burkinabé, Dragoss Ouedraogo intervient lors des formations en qualité de professionnel. Il aborde de nombreux sujets dont la transmission culturelle en situation de migration, l’éducation ou encore « l’art de vivre » en Afrique de l’Ouest. A ses savoirs s’ajoutent des exemples concrets racontés à la première personne, tirés de sa vie au pays ainsi que de son expérience d’émigré et de monteur de projets interculturels.

Aïcha Lkhadir

Aïcha Lkhadir est docteur en anthropologie sociale et culturelle, psychologue spécialisée en enfance et adolescence et formatrice. Elle s’intéresse particulièrement à la notion de transculturalité. Elle intervient lors des formations Cinémas et Cultures d’Afrique pour apporter de nombreuses connaissances vécues sur les pratiques traditionnelles dans les pays du Maghreb, et plus particulièrement sur la complexité et la transmission familiales en situation de migration.

 

 

Intervenants témoins :

  

 Ousmane Barry

Né au Mali, Ousmane Barry est aujourd’hui agent de sécurité en France. Il intervient lors des formations pour faire connaître des faits de culture d’Afrique de l’Ouest. Il témoigne également des décalages et des chocs culturels qu’il a vécus lors de son arrivée en France il y a 6 ans, et qu’il vit encore aujourd’hui malgré sa grande ouverture d’esprit et sa volonté d’intégration. « J’ai été accompagné à mon arrivée en France, maintenant je partage ce qu’on m’a donné ».

 

 Safiatou Kanouté

Née à Bamako, Safiatou Kanouté vit à présent en France avec ses trois enfants. Elle a dû se confronter au décalage entre l’éducation à la française reçue par ses enfants à l’école et dans les structures périscolaires, et l’éducation malienne qu’elle pratique à la maison. Elle intervient lors des formations pour rendre compte des difficultés propres à cette négociation entre deux cultures, à laquelle tout émigré doit faire face.
Alphonse Konaté

Franco-malien, Alphonse Konaté s’est confronté au décalage culturel dans sa vie professionnelle et privée. Il occupe aujourd’hui le poste de médiateur au centre Jean Vilar et accompagne des jeunes de toutes origines. Son parcours lui permet de raconter à la première personne une expérience d’encadrement et de double culture.